Pour des territoires innovants et des services publics efficients : la participation de toutes et tous, levier de synergies, de solidarités et de développement.

Développer une Démocratie ouverte



A la Démocratie représentative, de plus en plus de citoyens souhaitent associer une Démocratie participative. Ce mouvement exprime une volonté pour les habitants de se ré-approprier les décisions relatives à la cité, alors qu'une défiance vis-à-vis des élus (même réduite au niveau local) s'installe.

Ouvrir le processus démocratique aux citoyens, tout au long du mandat des élus, peut conforter la légitimité de ces derniers à gouverner et favoriser l'émergence de solutions aux défis de la société en matière de cohésion sociale, de développement économique et de protection environnementale.

Une opportunité pour le territoire à laquelle les collectivités territoriales peuvent s'atteler en 3 étapes.
La concertation : Obligatoire dans certains domaines de l'action publique, facultative pour de nombreuses compétences, la concertation est souvent mal vécue par les élus comme par les citoyens. Les outils ne sont plus adaptés au rythme et aux pratiques. Les résultats de la concertation sont trop souvent non représentatifs des avis de la population.
La concertation doit permettre de recueillir l'avis des habitants, au moment de la conception d'un projet, un avis éclairé et facile à exprimer. Car cette participation favorise la compréhension du projet et l'efficience de celui-ci. Elle renforce également la légitimité des élus à la mettre en œuvre.
La collectivité territoriale doit donc concevoir de nouvelles modalités de concertation. Et pour cela, des initiatives sociales et technologiques se développent et peuvent être appliquées localement.

Les instances de représentativité : Les nombreux conseils des enfants, des jeunes, des sages, de quartier... permettent aux citoyens d’œuvrer aux côtés de la municipalité, de démultiplier les initiatives, d'impliquer des citoyens bénévoles dans des projets d'intérêts généraux, de redonner du sens à la responsabilité de chacun dans la conception et la gestion de la cité.
Reproduisant un schéma de Démocratie représentative, la collectivité territoriale veillera à ce que ces instances permettent la participation de toutes les catégories de la population et à ce qu'elles travaillent en coopération, instruites à la notion d'intérêt général, pour le bien collectif et non pour faire entendre des voix individuelles.

La création d’une agora participative : Avec les nouveaux outils technologiques, la proximité prend une nouvelle dimension. Participer aux échanges avec les édiles du territoire n'est plus contraint par le temps et l'espace. On peut donc se réapproprier son droit de décision pour la cité. On peut recréer des agoras !
La collectivité territoriale peut proposer de nouvelles modalités de relation entre les élus et les citoyens :  la collaboration élus / citoyens et même l'initiative citoyenne. Elle veillera cependant à guider cette évolution tout au long de sa mise en place et à animer l'agora pour que cet espace demeure constructif, avec pour seul objectif la production de biens communs.
  

Avec diaPPason, la collectivité territoriale peut concevoir de nouvelles relations avec les citoyens et se doter de nouveaux outils de Démocratie ouverte. 

Avec diaPPason, concevons une nouvelle gouvernance  adaptée au territoire, tenant compte de ses richesses, de ses pratiques, de ses problématiques... mais inscrite dans une dynamique de société  (des enjeux mondiaux, des solutions numériques...)
ð
ð